RDC : La présence de groupes armés à Kalehe accroît l’insécurité 

La société civile du territoire de Kalehe alerte sur la présence des éléments du groupe armé Raïa Mutomboki dans plusieurs villages du territoire de Kalehe. Elle confirme que ces éléments du groupe armé Raïa Mutomboki font la loi dans environ six villages du groupement de Kalonge.

Il s’agit des villages de Mutale, Cholobera, Bisisi, Mule, Chaminunu et Mushingi au Sud-Kivu, en République démocratique du Congo.

D’après Delphin Birimbi, président du cadre de concertation territoriale de la société civile de Kalehe, « c’est depuis le mois de décembre que ces rebelles Raïa Mutomboki pillent, volent et ravissent les biens des populations de ces villages. Les Raïa Mutomboki ont fait irruption la semaine dernière dans plusieurs entités de Kalonge où ils ont pillé argent, téléphones et du bétail appartenant à la population civile avant de prendre la fuite« .

Présentement, dans le groupement de Ziralo, Mugugu mais aussi une grande partie de la chefferie de Buloho en limite avec le Parc National de Kahuzi-Bièga, précisément à Bagana et Musenyi, aucun militaire Fardc n’est visible. Les habitants de ces entités sont laissés à eux-mêmes.

Delphin Birimbi, justifie cette absence des éléments des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) dans cette zone par le fait qu’ils ont été mobilisés pour traquer les éléments armés du Conseil national pour le renouveau et la démocratie (CNRD), une dissidence des FDLR-FOCA, composée de combattants hutus rwandais, et le groupe armé Nyatura. Ainsi, une grande partie de l’armée congolaise a été obligée de libérer la zone de Kalonge tout en laissant un nombre réduit de militaires vers Cifunzi qui ne sont pas en mesure de couvrir toute cette zone.

Le plus grand nombre de militaires se retrouvent actuellement à Lumbishi dans le groupement de Buzi où ils continuent la traque des rebelles du groupe armés Nyatura actifs dans la région.

Depuis fin novembre, l’armée congolaise avait lancé une vaste opération de traque des groupes armés dans les hauts plateaux de Kalehe (Sud-Kivu). Sa principale cible, le CNRD, avait vu plusieurs centaines de ses éléments capturés, les uns par la population, les autres par les FARDC. Leur quartier général de Katasomwa avait également été détruit par les FARDC.

Les rebelles Nyatura font toujours la loi

Au niveau du groupement de Buzi, dans la chefferie de Buhavu, des éléments Nyatura s’étaient rendus,  le 4 décembre 2019 aux autorités de l’armée, dans le village de Lowa-Numbi. Malgré cette reddition, d’après les informations livrées par la société civiles, les Nyatura continuent de taxer les populations au niveau de plusieurs barrières illégales sur la route et de collecter des denrées alimentaires auprès de ces mêmes populations.

Le 6 janvier dernier, la rentrée de classe n’a pas été effective à l’école primaire Mutuza, à Numbi, car cette école sert d’hébergements aux éléments du  groupe armé Nyatura. Les élèves de cette école sont obligés de rester à la maison en attendant que les Nyatura  libèrent leurs salles de classe.

Rédaction

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.