Prof André Mbata à Mabunda : « Se retrouver par chance président de l’Assemblée ou du Sénat ne fait pas de vous un constitutionnaliste »

Le discours du président de la RDC a Londres a réveillé un bras de fer dans le chef des politiques congolais. Et la dissolution du parlement reste le point d’achoppement dans ce débat.

Ainsi après la réaction de la présidente de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda qualifiée par certains de donneur de leçon au président de la République, cette dernière a été à son tour répondue par le député de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le professeur André Mbata.

« Nous avons toujours dit que tout le monde n’est pas juriste. Tout juriste n’est pas non plus constitutionnaliste », laisse-t-il entendre.

A lui de poursuivre

« Ainsi, le fait de se retrouver par hasard ou chance président de l’Assemblée nationale ou du Sénat ne fait pas de quelqu’un un constitutionnaliste! Ils croient épater en utilisant des expressions latines qu’ils ne maitrisent même pas », dit-il.

A lui de renchérir :

« Nos étudiants les plus faibles en première année de droit savent, par exemple, que la ratio legis d’une disposition constitutionnelle ou légale est sa raison d’être et non pas les conditions de sa mise en application. Je doute fort que les artisans de l’inanition de la nation et leurs tambourinaires aient une quelconque lecon de droit constitutionnel à donner à qui que ce soit ».

Pour finir, André Mbata rappelle le droit qu’a Félix Tshisekedi alors président de la République, de dissoudre le parlement.

« Les conditionnalités d’exercice de l’article 148 ne privent pas le Président Félix Tshisekedi de son droit constitutionnel de dissoudre un jour l’Assemblee nationale. Il n’a pas dit qu’il dissolvait, mais il peut le faire s’il y était contraint par les circonstances qui peuvent survenir demain si elles n’existent pas aujourd’hui. On croyait son lingala ou sa traduction française très facile à comprendre. Dommage que certains compatriotes d’un certain regroupement politique ne maitrisent pas le droit constitutionnel même quand ils prétendent donner des leçons. On comprend la débandade dans un camp des politicailleurs qui aurait du mal à faire revenir 30 députés à l’Assemblee nationale si jamais celle-ci était dissoute et de nouvelles élections étaient organisées. Président Félix Tshisekedi devrait avoir pitié et ne pas dissoudre, même si les conditions étaient réunies. Nos amis à qui Félix Tshisekedi a donné un nouveau souffle politique et qu’il a protégés jusque-là devraient garder un profil bas pour ne pas énerver la nation qu’ils avaient condamnée à l’inanition », conclut-il.

La rédaction

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.