RDC : Le Bilan de l’an 1 de Félix TSHISEKEDI au pouvoir et ses 12 travaux d’Hercule

Le 24 janvier 2019, lors de la cérémonie de prestation de serment devant la Cour constitutionnelle, le 5ème Président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, annoncait à la terre entière, les axes prioritaires de son mandat : sécurité, justice, infrastructures et voies de communication, éducation, santé et mesures de décrispation… Des promesses énormes que d’aucuns avaient vite surnommées les  »12 travaux d’Hercule » à la mesure de grosses attentes des Congolais. Une année après, qu’est-ce que Félix Tshisekedi, surnommé  »Fatshi Béton’ par ses partisans, a réalisé ? Une année passée au pouvoir lui a-t-il permis de commencer à  »bétonner » les attentes des Congolais ? Ceux-ci peuvent-ils légitimement espérer des lendemains enchanteurs ?

 »Si cette étape de la transition démocratique peut être considérée comme l’aboutissement d’un combat, nous devons aussi y voir l’horizon d’une ère nouvelle. Sans aucun doute, le commencement d’un autre combat dans lequel nous voulons engager tout le peuple congolais, le combat pour le mieux-être de chaque citoyenne et citoyen de ce beau pays. »

C’est par cet appel que Félix Tshisekedi concluait le prologue de son tout premier discours. Il venait d’être investi Président de la République, le 5ème du Congo Kinshasa. A cette occasion, il avait fait mille et une promesses à ceux qui l’ont élu le 30 décembre 2018. Des promesses somme toutes à la mesure des attentes des 80 millions de ses compatriotes.

Sous le coup de l’émotion et de l’euphorie consécutive à son élévation à la plus haute charge au sommet de l’Etat, le nouveau Président de la République avait fait une trentaine de promesses sur les plans politique, de droits de l’Homme, sécuritaire, de l’accès à l’énergie (eau et courant électrique), social (emploi). Des promesses qu’il entendait réaliser dans le cadre de son Programme d’urgence des 100 jours, élaboré avant même la mise en place du gouvernement intervenue sept mois après son investiture.

PLUSIEURS SECTEURS DE LA VIE NATIONALE

Ce programme renferme la plupart des secteurs d’activités de la vie nationale : routes, santé, éducation, habitat, énergie (électricité, eau), emploi, transport, agriculture, pêche et élevage. A ces secteurs s’ajoutent d’autres, à savoir la justice (accorder la grâce présidentielle aux prisonniers politiques et d’opinion), la sécurité (reddition, encadrement et insertion de groupes armés), la politique (décrispation du climat politique par l’autorisation de retour des exilés politiques et d’opinion), la lutte contre la corruption (redynamisation de l’appareil judiciaire et autres structures ad hoc.), la bonne gouvernance (redynamisation de l’appareil judiciaire et autres structures ad hoc.), la diplomatie (mener une politique étrangère basée sur le développement et le respect de la souveraineté nationale. entreprendre la coopération politique d’ouverture au monde, de bon visage et gagnant-gagnant), mines (assainissement du climat des affaires, vulgarisation du nouveau code minier et conclusion des contrats miniers gagnant-gagnant..)

PROMETTRE EST UNE CHOSE….

Promettre est une chose, tenir sa parole en est une autre. Une année après d’aucuns estiment qu’il n’est pas inopportun de faire le point pour juger à quel degré Fatshi a pu répondre aux promesses qu’il fait ses concitoyens.

Certains secteurs qui ont bénéficié d’une attention soutenue de Félix Tshisekedi, ont certes connu un début satisfaisant de réalisation. Cas de la sécurité, la politique, la diplomatie, la gratuité de l’enseignement de base dont le degré de réalisation est tel que les Congolais commencent à espérer des lendemains meilleurs car ayant bénéficié d’une attention toute particulière de  »Fatshi Béton ».

Dans l’une de ses promesses de campagne électorale, Félix Tshisekedi avait promis d’installer l’état-major des FARDC dans l’Est du pays pour pacifier cette partie du territoire national.

Une année après, des signes de cette pacification se manifestent : l’installation de l’état-major de l’armée est effective. Leurs principaux bastions détruits, les rebelles ougandais des ADF sont en débandade. Les habitants du territoire de Beni se réinstallent au fur et à mesure dans leurs villages naguère désertés et les tueries baissent quelque peu d’inténsité à la grande satisfaction de de populations civiles. Quant aux groupes armés nationaux que l’armée loyale traque aussi impitoyablement, les redditions sont enregistrées chaque jour, donnant lieu à beaucoup d’espoir dans l’opinion.

RESULTATS POSITIFS

Le secteur politique a engrangé des résultats positifs au cours de la première année du mandat de Fatshi qui avait promis de libérer les prisonniers politiques. Cas de Franck Diongo, Jean-Claude Muyambo, Me Firmin Yangambi, Eugène Diomi Ndongala qui ont été libérés, ainsi que d’autres prisonniers.

Les exilés politiques et d’opinion comme Moïse Katumbi, son conseiller spécial, Salomon Idi Della Kalonda sont rentrés au bercail à la faveur de cette politique de décrispation du climat politique prônée par Félix Tshisekedi.

S’il est des secteurs qui ont bénéficié de l’attention particulière du 5ème Président de la RDC, la diplomatie paraît la mieux servie. Avec une trentaine de déplacements à travers le monde, le successeur de Kabila s’est employé à redorer le blason diplomatique de son pays. De l’Angola aux Etats-Unis, en passant par le Japon, l’Allemagne, le Gabon, le Rwanda, l’Ouganda,…Félix Tshsekedi a fait entendre la voix de son pays. La réouverture de la Maison Schengen a été l’une des actions de sa vision dans ce domaine.

Sans doute, le gouvernement, comme l’a promis le Président de la République, est en train de  »mener une politique étrangère basée sur le développement et le respect de la souveraineté nationale, d’entreprendre la coopération politique d’ouverture au monde, de bon voisinage et une diplomatie gagnant-gagnant ».

L’EDUCATION, PARMI LES GRANDES PROMESSES REUSSIES

Le changement positif intervenu dans le domaine de l’éducation a été si retentissant qu’il paraît parmi les grandes réussites des actions de l’An I de  »Fatsi Béton ». La gratuité de l’enseignement de base a donné beaucoup d’espoir aussi bien aux enseignants qu’aux parents désormais délestés de la très lourde charge de payer les primes des enseignants.

Le relèvement des salaires des enseignants, le paiement des enseignants NP (NP) et des NU (Nouvelles unités), la prise en charge par l’Etat des frais de fonctionnement des établissements scolaires demeurent des signes que la population en général et les enseignants en particulier ont largement salués.

Dans le cadre de son Programme d’urgence des 100 jours, la réhabilitation et la construction de 150 écoles à travers le pays se réalisent encore très timidement..

Invisible est encore le bout du tunnel dans ce secteur, d’autant plus que le Chef de l’Etat a promis de  »veiller à l’amélioration des conditions des enseignants du primaire, secondaire et universitaire. » Surtout en ce qui concerne le dernier cycle où la grogne des étudiants manifestant contre la hausse des frais académiques 2019-2020 est de plus en plus bruyante, rappelant au premier Congolais sa promesse urgente  »de modernisation des infrastructures, d’allègement des frais académiques, d’actualisation des programmes et d’amélioration des conditions de vie des étudiants et des enseignants. »

Le Président de la République avait promis de promouvoir et d’encourager l’entrepreneuriat par les Congolais. Des preuves de concrétisation de cette promesse n’ont pas tardé. A preuve, dix jeunes entrepreneurs congolais, sélectionnés parmi une centaine, ont été gratifiés en décembre dernier pour leurs inventions et innovations par le gouvernement congolais, à travers le FPI. La cérémonie s’était déroulée à Kinshasa à l’occasion de la célébration de la 1ère journée de l’inventeur et de l’innovateur congolais dénommée « Master Class ».

QUID DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ?

La lutte contre la corruption et les antivaleurs (impunité, mauvaise gouvernance, tribalisme et autres) tant prônée par Fatshi Béton est à ce jour loin de connaître un début de  »bétonnage » (prendre  »bétonnage ». Toutes les promesses faites dans ce sens relèvent encore d’une simple déclaration de bonnes intentions. A ce sujet, certains Congolais, encore sceptiques brandissent quelques faits certains faits de corruption qui jusque-là n’ont trouvé de réponse satisfaisante. Cas des 15 millions de dollars américains de retrocommission aux sociétés pétrolières de 200 millions de dollars de la Gécamines,…Motif, l’Agence de lutte contre la corruption qu’il avait promise de mettre en place n’a jamais vu le jour !

A tout prendre, sur le terrain de la corruption et de la promotion de la bonne gouvernance, l’opinion publique congolaise attend voir le chef de l’Etat traduire en actes, sa promesse de « déboulonner » les vieilles habitudes du régime précédent.

Quant au petit commerce réservé aux nationaux dans le cadre du principe de privilège national pour lequel il a promis d’appliquer avec rigueur la loi sur l’ensemble du territoire, aucun signe de concrétisation n’est encore visible. Bien au contraire. Les Congolais continuent de subir, dans leur propre pays, la loi des expatriés sous le silence des dirigeants.

 »Nous comptons engager le Gouvernement à réaliser très rapidement un recensement sur tout le territoire. L’information démographique fiable est nécessaire à la planification de notre développement dans l’ensemble du pays, province par province », avait promis Fatshi le jour de son investiture. Une année après, aucun Congolais n’est recensé !

LE SOCIAL, LE VENTRE MOU DES PROMESSES

Au niveau de la justice, il a promis de veiller à ce qu »’elle soit administrée par des personnes intègres et aux valeurs morales irréprochables, et disposées à lutter contre la corruption. » Jusqu’à ce jour, plus d’un congolais note qu’ucun changement n’est observé dans ce secteur qui est, du reste, marqué significativement par la volonté du gouvernement d’humaniser la vie de la population carcérale du pays.

C’est le social qui traduit le très célèbre  »Le peuple d’abord » et sur lequel les Congolais attendent beaucoup de Fatshi, qui reste à ce jour le ventre mou de ses promesses. Les secteurs de la santé, de l’habitat, de l’énergie (électricité, eau), de l’emploi, du transport, de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage tardent à décoller. La réhabilitation des hôpitaux de référence. La construction de 25 centres de santé et la mise en place d’un système de couverture sanitaire à travers des mutuelles de santé demeurent encore un rêve non réalisé. Alors qu »’environ 50 millions de Congolais représentant 60% de la population n’ont pas accès au système de santé », avait révélé Félix Tshisekedi.

LE PROBLEME D’ACCES A L’ENERGIE RESTE ENTIER

L’accès à l’énergie reste un problème entier à Kinshasa. Que des plaintes ! Alors que le pays dispose de 53% des réserves d’eau du continent, l’accès à l’eau potable pour le Congolais reste encore un défi important que le gouvernement peine à relever. Selon les révélations de Fatshi,  »moins de 10% de nos concitoyens ont accès à l’eau potable ». Pourtant, Fatshi avait annoncé une  »véritable stratégie d’investissement d’urgence pour augmenter drastiquement le taux d’accès à l’eau potable de nos populations ». Une année après, cette denrée vitale est encore inaccessible pour plusieurs Congolais. Dans plusieurs quartiers de Kinshasa, aucune goutte ne jaillit des robinets.

 »Le taux d’accès de la population congolaise à l’énergie électrique est de moins de 9% contre une moyenne de 30% en Afrique et de 80% dans le monde. Pourtant, des études du PNUD démontrent que 76 000 villages du Congo peuvent s’auto-suffire en énergie grâce à leurs cours d’eau », avait révélé Fatshi le 24 janvier 2019.

Avec de tels chiffres, le courant électrique reste encore une denrée rare pour une population dont le pays dispose, selon le Chef de l’Etat,  »du potentiel hydroélectrique le plus élevé au monde » avec  »plus de 100 mille mégawatts (…) disponibles sur 217 sites de production d’hydroélectricité pouvant permettre aussi bien la construction des micro-barrages à de plus grandes infrastructures ». Il déplorait que  »seuls 2,6% de ce potentiel soient exploités ». De nombreuses poches noires dans la capitale congolaise et l’absence d’énergie électrique dans bien des coins du pays en disent long.

LE TRANSPORT ENCORE UN CALVAIRE

Le transport en commun reste encore un calvaire, particulièrement à Kinshasa, ville de plus de 10 millions d’âmes. Le mauvais état des routes détériorées à la suite de dernières averses empêche la fluidité du transport.

Les sauts-de-mouton – au total huit sur toute la ville – dont la construction prend plus de temps qu’annoncé viennent améliorer quelque peu la cote de Fatshi dans ce secteur. Mais en attendant la fin effective des travaux, , les embouteillages continuent à faire partie du lot quotidien des Kinois.

Sur le volet des infrastructures routières, sur 58.129 kilomètres de routes d’intérêt général, la RDC n’en compte que 3.400, soit seulement 6%. Le Président Tshisekedi qui l’avait déclaré, ambitionnait de porter le nombre de kilomètres à 5.000 durant son quinquennat. Le défi est tel qu’on n’a presque rien senti en une année déjà accomplie.

LA PROMOTION DE LA PRESSE TARDE

La promotion de la presse et des médias promise par Félix Tshisekedi est restée tarde à prendre corps. Si bien que des journalistes congolais se demandent si leur président avait cru en sa promesse dans ce secteur.

Sur le plan des Droits de l’Homme, beaucoup d’efforts doivent être faits pour atteindre un niveau satisfaisant. Le zèle de certains collaborateurs du Chef de l’Etat annihilant sa volonté de mieux faire pour l’avènement d’un Etat de droit. Cependant, on doit reconnaître que des avancées sont enregistrées durant cette année.

Engagé sur plusieurs fronts en même temps dans un pays où tout est chantier, Félix Tshisekedi ne sait pas par où commencer. Le‘ tout se présentant devant lui comme priorité.

 Kléber KUNGU / Forum de As

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.