Actualités Internationals

  • Coup de tonnerre : Manchester City banni par l’UEFA pour deux ans !

    Coup de tonnerre dans le petit monde du ballon rond !

    L’UEFA a annoncé ce vendredi 14 février, l’exclusion de Manchester City de toutes compétitions européennes et ce, pour les deux saisons à venir.

    L’UEFA a donc décidé de mettre ses menaces à exécution, celles-là même qui un temps pesaient sur le PSG. Prochain adversaire du Real Madrid en huitièmes de finale de la Ligue des champions, Manchester City ne pourra pas s’aligner sur les deux prochaines éditions de la C1, selon le verdict rendu ce vendredi par le CFCB (Club Financial Control Body), organe rattaché à la maison-mère du football européen et garant du respect du fameux fair-play financier.

    Les Skyblues chers à Pep Guardiola sont frappés d’une mise au ban de toutes compétitions européennes pour les deux saisons à venir (2020-2021 et 2021-2022) – le tout agrémenté d’une amende de 30 millions d’euros. Cela pour avoir « sérieusement enfreint » les règles du fair-play financier et « surévalué (s)es revenus liés au sponsoring » sur la période 2012-2016. Tout en entravant l’enquête diligentée par l’instance de contrôle.

    Manchester City, qui avait déjà écopé en 2014 d’une amende de 60 millions d’euros et vu son activité sur le marché des transferts sévèrement encadrée, n’a pas manqué de réagir à cette lourde sanction.

    Dans un communiqué officiel, les Citizens expriment leur désappointement et usent d’ironie pour commenter le verdict d’une « affaire créée par l’UEFA, instruite par l’UEFA et jugée par l’UEFA ». Avec la ferme intention de faire appel: « Ce processus préjudiciable ayant atteint son but, le club s’efforcera d’obtenir un jugement impartial le plus rapidement possible et, par conséquent, engagera dès que possible une procédure auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) ».

    Rédaction

  • Hamida SHATUR KAMERHE Offre un groupe électrogène à l'Hôpital Général de Référence de Kinshasa

    Après un cris de détresse lancé par les gestionnaires de l’hôpital général de référence de Kinshasa ex maman yemo, au sujet des coupures intempestives du courant électrique, occasionnant des morts dans les départements de la pédiatrie, de la gynécologie et dans les urgences, la Présidente de la Fondation la Colombe, Hamida MWANGAZA KAMERHE est allée faire un Don d’un groupe électrogène à l’hôpital général de Kinshasa.

    Ce groupe électrogène pimpant neuf, de 80 KVA, va desservir la pédiatrie, le bloc opératoire et les urgences en cas de coupure électrique. Fini donc le calvaire qui a duré plusieurs mois dans cet hôpital.

    Au nom du Médecin Directeur empêché, cet engin a été réceptionné par le Directeur Administratif et Financier de l’hôpital, MUWAWA IBANDA Apollinaire qui a salué cette œuvre caritative, signée par la Fondation la Colombe, à travers son initiatrice, Hamida MWANGAZA KAMERHE.

    Au delà de ce générateur électrique, la Patronne de la Fondation La Colombe, touchée par les conditions misérables dans lesquelles vivaient les patients de la pédiatrie, à payé la facture des dizaines d’occupants longtemps guéris mais retenus par manque de moyens pour honorer leurs factures d’hospitalisation. Sur le champ, ils ont été tous libéré.

    l’Hôpital général de Kinshasa présente plusieurs besoins, particulièrement dans son service de la pédiatrie. C’est notamment le manque des matériels de couveuse pour bébés, les extracteurs d’oxygène pour enfants, les lampes avec photographie ainsi que le frigo pour concervation du lait autoclave. Hamida MWANGAZA KAMERHE qui a été saisie de toutes ces difficultés a promis de venir très prochainement sur le lieu avec sa fondation, afin de voir de quelle manière y palier.

    Rédaction

  • « Visite de Mike Pompeo en RDC » Fake news selon Peter Pham

    L’envoyé spécial des États-Unis d’Amérique dans la région des Grands lacs, Peter Pham confirme que le Département d’État américain n’a jamais fait une annonce officielle de la visite de Mike Pompeo en République démocratique du Congo.

    Cette précision de taille qui vient mettre fin aux spéculations autour de ce que d’aucuns ont considéré comme une annulation délibérée qui cache un mécontentement des États-Unis au regard de la faiblesse des résultats attendus du nouveau régime.

    « Le Département d’État n’a jamais annoncé la visite de Mike Pompeo ici en RDC. Le secrétaire d’État qui a un programme chargé évolutif a vu son temps de voyage disponible en Afrique se diminuer. Avec tout le respect qu’on doit au Congo, il était important d’aller chez votre voisin en Angola. Parce qu’ils arrivent à un moment très critique dans sa lutte contre la corruption. Les biens de la famille de l’ex. président sont gelés et l’État est en train de récupérer ces biens mal acquis », a-t-il déclaré dans une interview exclusive accordée à Zoom Eco.

    A la question de savoir si la RDC devrait faire comme l’Angola pour mériter la prochaine visite d’une plus haute autorité américaine, Peter Pham s’est voulu rassurant :

    « Non, ce n’est pas vrai. Je suis fatigué de cette répétition de mensonges. Parce que depuis l’an dernier, je suis venu ici trois fois. Notre ministre de la Santé est venu. Notre chef de centre de lutte contre les maladies est passé par ici. Notre chef de la coopération a fait de même. Alors, cet engagement continu des officiels de haut niveau de l’administration américaine. Et nous sommes heureux que le président Tshisekedi soit venu chez nous trois fois.»

    Les États-Unis d’Amérique ont salué l’alternance démocratique et pacifique au sommet de l’État congolais. Un an après, Peter Pham estime que le pays avance dans la bonne direction.

    « Bien-sûr que oui. Sinon, je ne serai pas venu ici en RDC pour parler du Partenariat privilégié pour la paix et la prospérité. S’il y avait une régression, je ne serais pas venu. Peut-être que j’aurais pu venir mais pas pour apporter l’appui au Gouvernement congolais. Je suis ici pour célébrer les succès et d’encourager la poursuite de la lutte», a-t-il rassuré.

    Au demeurant, l’Envoyé spécial de Trump dans la région des Grands lacs soutient que son pays demeure déterminé à soutenir le peuple congolais afin de vivre les actions du changement qu’il a exprimé lors des élections de décembre 2018.

    Ce qui motive l’administration américaine à oeuvrer pour la matérialisation du Partenariat privilégié pour la paix et la prospérité en Rd Congo.

    Rédaction

  • RDC : Fayulu a présenté son plan de sortie de crise aux USA

    L’envoyé spécial des États-Unis d’Amérique, Peter Pham, accompagné de l’ambassadeur des USA en RDC, Mike Hammer, ont été reçus à Kinshasa ce mardi 11 février par Martin Fayulu, le candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2018 en RDC.

    L’opposant congolais a présenté aux USA « son plan de sortie de crise », rejeté par le président Félix Tshisekedi.

    Pour Martin Fayulu et la coalition Lamuka, le plan de sortie de crise reste viable pour sortir la RDC de la crise institutionnelle latente dans laquelle elle vit.

    « Le Président Martin Fayulu a reçu l’envoyé spécial du Président des Etats-Unis P. Pham, accompagné de l’ambassadeur USA en RDC. Le constat sur la crise latente en RDC est largement partagé avec nos partenaires. Nous soutenons que le plan de sortie de crise demeure la seule solution viable », rapporte la coalition Lamuka sur twitter.

    En outre, on notera que lors de sa rencontre avec la première ministre Belge, Sophie Wilmès, Martin Fayulu avait également remis au chef du gouvernement du royaume de la Belgique son plan de sortie de crise.

    Martin Fayulu poursuit donc son combat, après la vérité des urnes, place au plan de sortie de crise.

    Rédaction